Père Mario Pezzi

IMG_0664

INTERVENTION DU PERE MARIO PEZZI

LORS DE LA REMISE DU STATUT
DU
CHEMIN NEOCATECHUMENAL

Conseil Pontifical pour les Laïcs
Aula Magna
Rome – 28 juin 2002

Je suis rempli de gratitude, content et reconnaissant envers le Seigneur, je le bénis pour ce jour, pour cette approbation.

Moi aussi, j’ai une histoire. Je me souviens encore du temps où, enfant, j’écoutais à la radio le Pape Pie XII qui, dans son discours de Noël, parlait d’un printemps imminent de l’Eglise. J’étais encore un enfant, mais cette phrase me touchait. J’ai pu suivre ensuite l’évolution du Concile Vatican II pendant mes années de Noviciat, et ici, à Rome, j’ai pu puiser dans l’étude de la théologie, à l’Université « Urbanienne », l’esprit de rénovation du Concile.

Avant d’être ordonné et de connaître Kiko et Carmen, j’ai vécu tout un travail intérieur : c’était les années 1968-69. Je voyais qu’il y avait une séparation entre les prêtres et le peuple de Dieu, un langage que les gens ne comprenaient pas, une liturgie qui avait peu d’incidence dans la vie des personnes, un divorce entre la foi et la vie. J’avais un membre de ma famille qui, pour des raisons d’héritage, pendant 40 ans, n’a plus mis les pieds à la maison, il n’a plus salué ma mère. Et ceci à cause d’un héritage, à cause de l’argent, mais il allait à la messe tous les dimanches. Ce fait et d’autres semblables m’interrogeaient. Je cherchais des réponses que le Concile donnait, mais je me demandais comment tout cela pouvait se réaliser. Pendant tout ce temps donc de travail intérieur , mon directeur spirituel a été pour moi providentiel. Il me disait : « Ne fais aucun pas avant que Dieu ne t’ait manifesté sa volonté. Quand il te la manifestera, il le fera dans clarté et dans paix. ». J’ai vécu 6 ans dans cet état. J’ai accepté d’être ordonné prêtre parce que j’étais sûr de ma vocation, mais je ne savais pas comment j’allais exercer mon ministère. Six mois après avoir été ordonné, j’ai connu Kiko et Carmen, et dans le Chemin Néocatéchuménal, j’ai trouvé la réponse à ces interrogations.

Pour moi, aujourd’hui, c’ est un jour important, parce que pendant ces 32 ans pendant lesquels nous avons vu des merveilles – j’en ai été témoin avec Kiko et Carmen; je ne suis pas un initiateur, j’ai été appelé à collaborer avec eux comme prêtre – nous avons vu des merveilles. Nous avons été soutenus surtout par le Saint Père, par beaucoup d’évêques, nous avons eu aussi beaucoup de souffrances. Parfois, j’étais découragé, je pensais : « Comment est-ce possible que l’Église ne se rende pas compte de l’urgence, du besoin qu’il y a d’un catéchuménat ? » J’étais destiné à l’Afrique, en tant que missionnaire combonien, et j’ai suivi ce Chemin en pensant que le catéchuménat était essentiel pour l’Afrique, où là nous avons vécu tant de tragédie. Je pense au Burundi, où il y avait un catholicisme florissant; avec la guerre civile, on a vu les chrétiens se tuer et se massacrer. Ceci a créé une crise chez de nombreux missionnaires qui ont perdu la foi, parce qu’il leur manquait une initiation à la foi plus profonde. Je disais souvent que le Chemin aurait pu aider l’Afrique, comme nous le constatons aujourd’hui dans nos communautés implantées dans plusieurs pays africains.

Aujourd’hui, je vois que le Seigneur a été fidèle et que l’Eglise est vraiment une mère.

Je demande pardon à Mgr Rylko si quelquefois je l’ai énervé. Aujourd’hui, ce qui me réjouit c’est de voir la réalisation de la maternité de l’Eglise qui reconnaît officiellement le Chemin Néocatéchuménal. Je vois aussi s’accomplir la Parole de l’Évangile que nous avons proclamé : « Cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père ».

La parole du Seigneur : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Église » me sécurise, moi aussi. Etre confirmé par Pierre nous donne plus de vigueur, nous confirme dans la mission qui nous est confiée, nous aide dans les croix qui nous attendent. Voilà ce que je ressens.